Date de publication :
19/05/2022

Selon une enquête de la Drees, les généralistes exerçant en groupe travaillent moins et dans de meilleures conditions que ceux exerçant seuls.

Depuis ces dernières années, l’exercice coordonné s’est démocratisé chez les généralistes, notamment chez les plus jeunes d’entre eux, qui ne veulent pas (ou ne peuvent pas) exercer seuls. En 2019, on estime que 61 % des médecins généralistes exercent en groupe : 32 % en groupe monodisciplinaire, c’est-à-dire avec d’autres généralistes et 29 % en groupe pluriprofessionnel, donc avec d’autres professionnels de santé. Le développement de ce dernier mode d’exercice a notamment été favorisé par la création des maisons de santé pluridisciplinaire (MSP) : environ 20 % des généralistes exerçant en groupe pluriprofessionnels font partie d’une MSP, soit environ 6 % de l’ensemble des généralistes. 

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) a voulu se pencher sur les différences de temps et de conditions de travail entre les généralistes exerçant seuls et ceux travaillant en groupe. Elle a donc, entre octobre 2018 et février 2019, interrogé 3 300 médecins généralistes ayant au moins 200 patients dans le cadre du quatrième Panel des pratiques et des conditions d’exercice en médecine générale. 

Moins de travail pour les généralistes exerçant en groupe...

Il ressort de cette étude que les généralistes exerçant seuls travaillent sensiblement plus que ceux exerçant en groupe : les médecins solitaires travaillent 55,4 heures par semaine en moyenne contre 53,1 heures pour ceux travaillant en groupe pluriprofessionnels et 50,7 heures en groupe monodisciplinaire.  

La Drees précise cependant que la différence de temps de travail entre les généralistes seuls et ceux exerçant en MSP s’explique en réalité par une différence de profil : les premiers sont généralement des hommes (71 %) relativement âgés (58 ans en moyenne), tandis que les seconds sont plus souvent des femmes (49 %) plus jeunes (49 ans en moyenne). En contrôlant ces différences de profil, on constate qu’il n’y a en réalité pas de différence de temps de travail « significative » entre les généralistes solitaires et ceux exerçant avec d’autres professionnels de santé. En revanche, la différence est nette avec les généralistes exerçant en groupe monodisciplinaire : ils travaillent moins que leurs collègues et ce quel que soit le territoire. 

...mais aussi plus de vacances

La Drees a également interrogé les médecins du panel sur leurs conditions de travail et il en ressort également que les généralistes exerçant en groupe travaillent dans de meilleures conditions que leurs confrères solitaires. Ils prennent ainsi plus de congé (6,2 semaines par an en moyenne pour ceux en groupe monodiscplinaire, contre 6 semaines en MSP et 5,6 semaines pour les généralistes solitaires) et ont plus de temps pour une activité secondaire. Surtout, ils déclarent plus souvent réussir à équilibrer leur vie professionnelle et leur vie personnelle. Une différence qui s’explique selon la Drees plus par un temps de travail plus faible que par les conditions d’exercice en elle-même.


Nicolas Barbet,
Journaliste au JIM.

Pour aller plus loin

Comment évaluez-vous votre expérience ?

Sur la base de chacun des aspects suivants allant de 1 (très faible) à 7 (très bien)
La pertinence des informations/services :

Ce champ est obligatoire. Veuillez saisir une valeur.

La facilité pour obtenir les informations/services :

Ce champ est obligatoire. Veuillez saisir une valeur.

L'objectivité des informations :

Ce champ est obligatoire. Veuillez saisir une valeur.

MAT-FR-2100515 - 02/2021
Merci pour votre avis.

Sujets connexes

En savoir plus sur un domaine thérapeutique?

Dermatologie

Diabétologie

Douleur Chronique

Infectiologie

Neurologie

Pneumologie

Rhumatologie

Thrombose

Veuillez créer un compte pour accéder à plus de contenu premium.

Pourquoi s'inscrire ? 

Vous êtes déjà inscrit ?
Connectez-vous