Une médecin écoute le coeur d'une patiente.

Comment identifier l’inflammation de type 2 chez les asthmatiques sévères en pratique clinique ?

Date de publication :
2021-12-2121/12/2021
Plus de critères
Retour au contenu

Plus de critères de sélection pour le contenu 7000037865 - 05/2022

Date de publication :
2021-12-2121/12/2021
Source du contenu :
SANOFI

Rédigé par :

Dr Darde Xavier
Pneumologue - Praticien hospitalier

Référence :
C. Taillé, Comment identifier l’inflammation de type 2 chez les asthmatiques sévères en pratique clinique ? : Identification of Type 2 inflammation markers in severe asthma in routine practice, Volume 6701, Issue 12003, 12/2020, Pages 2S383-2S451, ISSN 1877-1203, http://dx.doi.org/10.1016/S1877-1203(20)30728-X

L’inflammation chronique des voies aériennes chez les asthmatiques sévères est hétérogène et son appréciation est un enjeu majeur pour la prise en charge thérapeutique quotidienne de ces patients. L’inflammation de type T2 serait présente chez plus de la moitié des patients asthmatiques sévères, et est caractérisée notamment par la présence d’interleukine 5, 4 et 13 qui aboutit à la présence d’éosinophiles dans les voies aériennes.

En pratique, l’inflammation de type 2 est retenue ou fortement suspectée sur les critères cliniques ou biologiques suivants :

  • La présence d’une allergie respiratoire clinique mise en évidence par des Prick tests positifs et/ou des IgE spécifiques
  • Une rhino sinusite chronique avec polypose naso sinusienne, même s’il existe une hétérogénéité de l’inflammation nasale
  • La présence d'éosinophiles >3% dans l'expectoration induite
  • Une éosinophilie sanguine > 150/mm³ ou 300 mm³. À partir de ce seuil, on laisse préjuger une réponse clinique aux biothérapies. L’éosinophilie sanguine est mal corrélée à l’éosinophilie bronchique mais elle est plus simple à mesurer
  • Une fraction exhalée du NO (FeNO) > 20 ou 25 ppb. Il existe une corrélation entre le taux d’éosinophiles dans l’expectoration et la FeNO

L’ensemble de ces paramètres peut être utilisé pour identifier les patients présentant une inflammation de type T2 chez les asthmatiques sévères. 

Il faut savoir répéter ces mesures dans le temps compte tenu de leur grande variabilité et de l’impact thérapeutique qui en découle. Les critères retenus ne sont pas forcément identiques selon les sociétés savantes et selon les essais cliniques sur les biothérapies qui ont, de fait, des autorisations de mise sur le marché différentes.

Rédigé par :

Dr Darde Xavier
Pneumologue - Praticien hospitalier
Service de Pneumologie et d’Allergologie
Clinique Pasteur - Toulouse

Comment évaluez-vous votre expérience ?
Sur la base de chacun des aspects suivants allant de 1 (très faible) à 7 (très bien)
MAT-FR-2100515 - 02/2021

Sujets connexes

Contenus similaires