Surveillez vos patients diabétiques pendant le Ramadan

Date de publication :
Plus de critères
Retour au contenu

Plus de critères de sélection pour le contenu 7000032987 - Apr 2021

Date de publication :
Source du contenu :
SANOFI
Public visé :
Médecin

Étude de mesure flash de la glycémie évaluant les mesures de la glycémie pendant le jeûne du Ramadan chez des patients diabétiques traités par insuline : cette étude en vie réelle a montré que même guidé par les meilleures pratiques, le jeûne du Ramadan pourrait bénéficier d’algorithmes de prise en charge plus affinés chez les patients diabétiques traités par insuline, car il peut entraîner des modifications de la variabilité glycémique, du contrôle glycémique et du temps passé en hyperglycémie.

Points-clés

  • Cette étude de mesure flash du glucose (FGM, flash glucose monitoring)  a généré des données de mesure de la glycémie cliniquement pertinentes dans un groupe de patients diabétiques traités par insuline à haut risque pendant le Ramadan :
    • Le Ramadan était corrélé à (1) une augmentation du temps passé en
      hyperglycémie, (2) une réduction du temps passé dans la cible glycémique et
      (3) une augmentation de la variabilité des glycémies nocturnes (VG)
    • Une augmentation significative a été observée concernant les marqueurs du contrôle glycémique global pendant le Ramadan avec une diminution significative un mois après le Ramadan, sans retour aux valeurs initiales pré-Ramadan
    • Les marqueurs de VG variaient légèrement entre les périodes de Ramadan et non-Ramadan (sur une période de 24 heures)
  • Les données probantes en situation réelle issues de cette étude peuvent contribuer à une revue positive des directives thérapeutiques actuelles. De meilleurs schémas d’insuline, de nouveaux schémas thérapeutiques et des approches technologiques avancées peuvent être intégrés pour permettre un contrôle glycémique plus stable pendant le Ramadan.
  • Des modifications appropriées du traitement, ainsi que des conseils diététiques lors de consultations pré-Ramadan bien programmées avec des professionnels de santé formés sont nécessaires.

Pourquoi est-ce important

  • Le Ramadan est associé à un risque élevé de complications telles que l’hypoglycémie et l’hyperglycémie sévère. Des études de mesure continue       de la glycémie ont montré que la VG augmente pendant le jeûne du Ramadan.
  • L’évaluation des paramètres du contrôle glycémique chez les patients à haut risque est cruciale dans leur prise en charge clinique. Cette étude en vie réelle a utilisé la technologie FGM pour comparer les profils glycémiques des patients diabétiques sous insulinothérapie avant, pendant et après les périodes de jeûne du Ramadan.

Schéma de l’étude

  • Critères d’inclusion : des patients adultes (N = 40) atteints de diabète de type 1 ou de type 2 et sous insulinothérapie utilisant le FGM (FGM-Freestyle Libre, Abbotts Diagnostics, Illinois, États-Unis) ont été inclus en fonction de la capacité, de la volonté et de l’intention du patient de jeûner pendant le mois du Ramadan en 2018 (17 mai au 14 juin [Imperial College London Diabetes Centre, Abu Dhabi]).
  • Critères d’exclusion : grossesse, troubles mentaux et insuffisance rénale modérée à sévère

Les indicateurs de glycémie moyenne, de VG et de temps passé dans les différents intervalles glycémiques ont été analysés.

Principaux résultats

  • Caractéristiques à l’inclusion : N = 40 (DT1M n = 13 ; DT2M n = 27 ; âge moyen [années] = 47,4 ; ± 11,5 ; IMC [kg/m2] = 30,3 ± 5,5 ; HbA1c = 7,9 ± 1,2 %)
  • Les paramètres glycémiques ont significativement augmenté pendant le Ramadan, avec une diminution significative un mois après le Ramadan (les valeurs ne sont pas revenues aux valeurs initiales pré-Ramadan) :
    • Valeurs pré-Ramadan vs Ramadan (moyenne ± écart type [ET]) : glucose moyen (mmol/l) = 9,5 ± 1,9 vs 10,6 ± 2,2 (p < 0,001) ; indice de gestion du glucose (GMI, %) = 7,4 ± 0,8 vs 7,9 ± 0,9 (p < 0,001) ; aire sous la courbe (ASC, mmol*h/l) = 36,6 ± 7,3 vs 41,2 ± 8,6 (p < 0,001)
    • Les marqueurs du contrôle glycémique global ont présenté la même tendance dans le diabète de type 1 vs de type 2 avec des augmentations    de la glycémie moyenne, du GMI et de l’ASC dans les deux groupes
  • Sur une période de 24 heures, de légères variations ont été observées dans les mesures de la VG, mais celles-ci n’étaient statistiquement significatives que pou   r   l’ET (mmol/l) et la valeur absolue de la glycémie moyenne (mmol/l) ; les valeurs pré-Ramadan vs Ramadan étaient les suivantes : ET = 3,6 ± 1,1 vs 3,8 ± 1,1 (p = 0,004) ; valeur absolue de la glycémie moyenne = 2,1 ± 0,5 vs 1,9 ± 0,4 (p = 0,002).
    • Le Ramadan était corrélé à une réduction significative de la VG pendant la journée, mais pas pendant la nuit, avec un allongement de  la période non à jeun consécutive.
  • Chez tous les patients participant à l’étude, le pourcentage de « temps passé
    dans l’intervalle glycémique cible » (3,9–10,0 mmol/l) a diminué significativement
    (p < 0,001) de 56,3 ± 17,2 % pré-Ramadan à 47,9 ± 19,7 % pendant le Ramadan et a augmenté significativement (p = 0,033) à 51,9 ± 17,9 % un mois après le Ramadan, mais n’est pas revenu aux valeurs pré-Ramadan.
    • Aucun changement significatif n’a été observé pour le « temps passé dans l’intervalle glycémique cible » chez les patients atteints de diabète de type 1, alors que les patients atteints de diabète de type 2 n’ont présenté qu’une diminution significative pendant le Ramadan.
  • Au cours du Ramadan, le risque d’hypoglycémie a significativement diminué de 1,3 ± 1,2 à 0,8 ± 0,9 (p = 0,012), sans variation significative après le Ramadan, tandis que le risque d’hyperglycémie a significativement augmenté de 9,4 ± 6,0 à 12,8 ± 7,3 (p = 0,005) pendant le Ramadan et a significativement diminué jusqu’à 10,9 ± 5,7 (p < 0,001) après le Ramadan.
  • Diabète de type 1 vs type 2 : Une différence significative a été observée dans l’hypoglycémie de niveau 1 (p = 0,005) et de niveau 2 (p = 0,031) après le Ramadan, alors qu’aucune différence significative n’a été rapportée en ce qui concerne les hypoglycémies.

Limitations

  • Une population de patients relativement petite a été analysée dans cette étude.

Référence :

  1. Saadane I, Ali T, El-Laboudi A, Lessan N. Ramadan fasting in insulin-treated patients is associated with potentially unfavourable changes in glucose metrics: A flash glucose monitoring (FGM) study. Diabetes Res Clin Pract. 2020;172:108592. doi : 10.1016/j.diabres.2020.108592. PMID : 33310126.
Comment évaluez-vous votre expérience ?
Sur la base de chacun des aspects suivants allant de 1 (très faible) à 7 (très bien)
MAT-FR-2100515 - 02/2021

Sujets connexes

Contenus similaires