Date de publication :
01/02/2021

Découvrez comment l’IL-6 intervient dans les manifestations systémiques liées à la polyarthrite rhumatoïde.

Des taux élevés persistants d'IL-6 peuvent provoquer de nombreuses manifestations systémiques, telles que l’anémie, ostéoporose, fatigue, troubles de l'humeur, métabolisme anormal des lipides et maladies cardiovasculaires (MCV).1-3

La présence de multiples manifestations systémiques augmente le risque de mortalité des patients atteints de PR.5

Protéines de la phase aiguë de l’inflammation et maladies cardiovasculaires (CVD).1-2

  • La réponse inflammatoire en phase aiguë peut provoquer des changements dans les concentrations systémiques de certaines protéines plasmatiques synthétisées par les hépatocytes (comme une augmentation de la synthèse de la protéine C réactive [CRP] et la protéine amyloïde A sérique [SAA]).
  • La CRP active le système du complément et peut exacerber les lésions tissulaires et entraîner d'autres complications cardiovasculaires.
  • Les modifications pro-athérogènes associées à l’inflammation systémique, peuvent entraîner un dysfonctionnement des tissus à distance (par exemple, le tissu adipeux, les muscles squelettiques, le foie et l'endothélium vasculaire), favorisant ainsi une résistance à l'insuline, une dyslipidémie, un dysfonctionnement endothélial et une augmentation de l'activité oxydative.

Anémie.1-2

  • L’IL-6 agit directement sur les hépatocytes en induisant la synthèse d’hepcidine. Ce peptide est responsable de la diminution de la synthèse de l’hémoglobine du fait de la diminution du taux de fer sérique à travers l’inhibition de l’absorption intestinale du fer par les entérocytes et l’inhibition de sa libération par les macrophages.

Hypolipidémie.1-2

  • Augmentation de la lipolyse du tissu adipeux et des adipocytes.
  • Un métabolisme anormal du LDL cholestérol, entraînant une diminution des taux plasmatiques de LDL.
  • Faible taux de cholestérol total, de LDL cholestérol et de HDL cholestérol.

Auto-immunité.1-2,4

  • Production d'auto-anticorps.
  • Dysrégulation des cellules T et des cellules B.
  • Activation et prolifération des cellules Th17.
  • Différenciation des lymphocytes B en plasmocytes producteurs d'anticorps.

Ostéoporose et ostéopénie.1-2,4

  • Augmentation de l'ostéoclastogenèse.
  • Différenciation des ostéoclastes.
  • Sécrétion des métalloprotéases matricielles.
  • Réduction de l'activité des ostéoblastes.
  • Perte de la densité minérale osseuse généralisée.
  • Risque accru de fractures osseuses.

Fatigue.1-2

  • Anémie liée à un apport insuffisant d'oxygène aux tissus.
  • Dysrégulation de l'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien.
  • Manque de sommeil.
  • Dépression.

Références :

1.  Choy E. Understanding the dynamics : pathways involved in the pathogenesis of rheumatoid arthritis. Rheumatology (Oxford). 2012;51(suppl 5) :  v3-v11.

2.  Dayer JM, Choy E. Therapeutic targets in rheumatoid arthritis : the interleukin-6 receptor. Rheumatology (Oxford). 2013;49(1) : 15-24.

3.  Gibbs JE, Ray DW. The role of the circadian clock in rheumatoid arthritis. Arthritis Res Ther. 2013;15(1) : 1-9.

4.  Ota M, Yanagisawa M, Tachibana H, et al. A significant induction of neutrophilic chemoattractants but not RANKL in synoviocytes stimulated with interleukin 17. J Bone Miner Metab. 2015;33(1) : 40-47.

5.  Prete M, et al. Extra-articular manifestations of rheumatoid arthritis : An update. Autoimmun Rev. 2011;11 : 123–31.